top of page

Hoopers

Le Club est victime de son succès et malheureusement, nous devons signaler aux personnes extérieures au club que les sections HOOPERS Initiations et Compétitions sont surchargées.

Nous ne pourrons accepter de nouvelles adhésions de COMPETITEURS qu'en fonction des places libérées et de la validation du comité directeur.

Pour l'HOOPERS Initiation, merci de demander au club.

Ainsi nommé en raison de son obstacle principal, le « hoop » (cerceau, en anglais), le hoopers est une activité directement inspirée de l’agility et née de la volonté de rendre son parcours accessible à toutes les mobilités humaines et canines.

Outre ses obstacles spécifiques et plus homogènes, deux aspects principaux diffèrent donc le hoopers de l’agility :

  1. Aucun saut n’est à effectuer.

  2. Le propriétaire ne se déplace pas avec son chien.

Si cette discipline venue des États-Unis n’est pas encore reconnue par la Fédération cynologique internationale (FCI), elle tend à se développer en Europe, et est arrivée en 2020 à notre Commission nationale d’éducation et d’activités cynophiles (CNEAC) française.

Le principe du hoopers est de guider son chien à distance sur un parcours d’obstacles, que sont :

  • les hoops, de larges arceaux à traverser (il peut y en avoir jusqu’à 14 par parcours) ;

  • les tunnels, courts d’un mètre et en ligne droite (généralement 2 par parcours) ;

  • les barils, sorte de tonneaux à contourner (pouvant aller jusqu’au nombre de 4 par parcours) ;

  • les gates, des treillis guidant la direction du chien (généralement 2 par parcours).

À l’exception du premier et du dernier obstacle, qui sont obligatoirement des hoops, la disposition de ces obstacles n’est pas figée afin de ne créer aucune habitude chez le chien.

 

Elle doit toutefois être pensée de manière spacieuse afin de permettre des trajectoires amples et fluides.

Seules les commandes verbales et gestuelles sont autorisées pour donner à son chien l’ordre et la direction de passage de chaque obstacle, puisque le conducteur est assigné à une « zone de conduite » (ou « box ») qu’il ne doit pas quitter.

C’est toute la difficulté et l’accessibilité du hoopers, qui nécessite une coopération parfaite entre le chien et son humain, mais qui permet autant aux personnes valides qu’aux personnes à mobilité réduite de participer !

Les chiens sont également concernés par cette inclusivité : l’absence de sauts préservant leurs articulations, les jeunes comme les seniors peuvent y participer.

Le hoopers est même un très bon moyen d’améliorer leur proprioception (la perception de leur corps dans l’espace) et de les stimuler en douceur, physiquement comme mentalement.

bottom of page